J’écris donc je suis. (parce que l’écriture apaise, et se savoir lu/e fait du bien à l’égo)

Bienvenue sur mon blog

 

« Rien de grave » (22 février 2011)

Rien de grave à vous dire, mais rien de léger non plus…

Simplement la routine, cette routine confortable, dans laquelle je m’installe chaque jour, davantage encore que le précédant. Je ne sais pas de quelle manière cela pourrait évoluer… Enfin, j’ai bien quelques pistes, mais pas de chemin tout tracé, la flemme, la paresse, la peur de prendre des risques, l’absence d’élan qui me pousserait comme mes parents me poussaient sur la balançoire dans les parcs quand j’étais petite.

Petite fille, j’étais… Femme, je suis devenue. Quoique… »Femme » n’est sans doute pas le terme le plus approprié me concernant, bien que moins repoussant que ce « Madame » dont certains m’affublent parfois… En effet, je me sens davantage « grande ado » que « femme », malgré ma maturité, souvent en décalage par rapport à ceux et celles du même âge…(premier copain à dix-huit ans, ne souhaite pas passer le permis de conduire, ne sort pas en boîte de nuit…)

Car moi, la nuit je dors ! Je préfère profiter ainsi pleinement de mes journées au lieu de me lever à midi… Il y’a des heures destinées au bonheur, bonheur à deux, avec mes proches ou mes ami(e)s, des heures dédiées à la détente,  des heures afin d’accomplir nos besoins(manger, dormir, se laver, prendre soin de soi) et enfin des heures creuses à remplir à sa guise, emplies de vide qui m’entraînent parfois vers la mélancolie, la nostalgie, le regret…

Regret d’avoir blessé des personnes qui ne le méritaient certainement pas, et d’avoir accordé une confiance trop importante à des individus qui se moquaient de moi…Effectivement, je suis, souvent, bien incapable d’opérer une juste distinction entre les bons et vrais amis et… « les autres »; ceux qui vous entourent sans être réellement là, ceux qui se montrent indifférents lorsque vous êtes heureux et ceux qui se réjouissent de votre malheur, et cherchent même à le provoquer… Malheureusement, mon coeur est aveugle et s’attache à des êtres pour qui la réciproque n’existe pas… Il y’a également ceux et celles que je ne parviens pas à classer dans l’une ou l’autre de ces deux catégories, par exemple ce jeune homme que je connais depuis peu, susceptible tantôt de m’ignorer, tantôt de de rire avec moi, tantôt de me montrer (implicitement) un quelconque intérêt… Il y’a aussi cette fille du Sénégal avec laquelle, je me suis éloignée en faisant l’erreur de cesser la correspondance, que je considérais comme une « vraie amie » qui ne me laisserait jamais tomber, qui a pourtant préféré une autre fille, ex amie, devenue ennemie.

Comme quoi les relations humaines sont loin d’être simples et les questions se bousculent dans mon esprit, encore et encore… A qui puis-je faire confiance ? Qui en vaut la peine ? Qui joue un double jeu ?

Je ne vaux pas plus ni moins qu’eux, qu’elles, que ces gens que vous côtoyez , de plus ou moins près, chaque jour, je suis juste MOI et je veux être acceptée, appréciée et aimée, telle que je suis.

 

Virginie

Dans : Non classé
Par vi06suisse
Le 22 février, 2011
A 15:10
Commentaires : 0
 

Répondre

 
 

identityx |
worldwearinessness |
Nyindjé, chat bouddhiste |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | De Madrid à Liège, me rejoi...
| lunafriday
| journal d'une folle